Lundi 1er juillet 2013

AFFAIRES INTÉRIEURES

ÉLECTIONS PARTIELLES /VARNA

Les habitants de Varna étaient appelés aux urnes hier dimanche pour élire leur maire parmi 9 candidats. « Apathie » est le maître-mot dans les reportages de presse sur ces élections municipales partielles.
« Varna a été active, avec les protestations de ses habitants qui ont réussi à démettre le maire Kiril Yordanov, resté dans ces fonctions pendant quatre mandats au nom de différents partis au pouvoir. Mais l’enthousiasme s’est éteint depuis… La raison la plus vraisemblable est peut-être le fait que les forces politiques n’ont pas pu initier une forte candidature pendant les quatre derniers mois », écrit Capital Daily. Sur les environ 300 000 électeurs inscrits n’ont voté que 53 000 personnes, soit 25%, nettement moins que ceux qui protestaient dans les rues en février dernier, remarque Standart, prêt à y voir un « camouflet maritime pour les partis politiques ».
Le résultat du suffrage est clair : il y aura un deuxième tour dimanche prochain, le 7 juillet, lors duquel Varna aura à départager entre Hristo Bozov, candidat indépendant bénéficiant du soutien du PSB et du Mouvement « La Bulgarie aux citoyens » de Mégléna Kouneva (32% des votes exprimés selon les estimations de l’agence Sova Harris), et Ivan Portnih, le candidat du GERB (26% des votes). (Pressa, Capital Daily, Standart, Troud, 24 Tchassa, Monitor)

MANIFESTATIONS

Le 17e jour de la contestation civile contre le gouvernement a vu naître une nouvelle tactique de protestation : les blocus non annoncés. Des routes et des carrefours se sont trouvés fermés par la volonté des protestataires. Samedi, de brefs blocus ont eu lieu à Plovdiv et à Gabrovo. Dimanche matin, une soixantaine de gens ont bloqué, dans les deux sens, le 118e km de l’autoroute Trakia avec des cris « Démission », « Mafia » et « Oligarski, fous le camp ! ». A Sofia, la circulation sur le boulevard Bruxelles, menant à l’aéroport, a été bloquée pendant 30 à 45 minutes.
Dans le même temps, le cabinet rejette catégoriquement toute éventualité de démission. « Nous jouissons d’un soutien solide dans tout le pays. Voilà pourquoi nous ne sommes pas portés à prêter l’oreille aux revendications de démission venant de quelques milliers de protestataires. Nous n’avons pas l’intention de démissionner ni maintenant, ni en mai [2014] », a déclaré hier le ministre de la Défense Angel Naïdenov, cité par Pressa.
Parallèlement, des actions en soutien du gouvernement sont en cours. Une contre-protestation (qui a réuni 50-60 personnes, selon Standart) a eu lieu pour la quatrième fois de suite devant le Palais de la culture (NDK), à Sofia.
Deux grands rassemblements sont prévus aujourd’hui, informe Troud : devant le Conseil des ministres le matin (July morning) et le soir à 18 h 30 (#lastДАНСwithme). Un troisième groupe prend de l’ampleur sur Facebook avec son appel à « assiéger le parlement » ce 3 juillet. (Pressa, Standart, Sega, 24 Tchassa, Troud)

ÉCONOMIE

NEK

Les dettes de la Compagnie nationale d’électricité (NEK) ont atteint 1,9 milliard de leva ; l’état financier de la société est critique, a annoncé hier le ministre de l’Economie et de l’Energie Dragomir Stoïnev lors d’une conférence de presse. Parmi les plus grands créanciers de la NEK sont la Holding énergétique bulgare (755 millions de leva), la centrale nucléaire de Kozlodouï (320 millions de leva) et les producteurs d’énergie renouvelable (110 millions de leva), selon les chiffres présentés par le ministre. (Pressa, Sega, Standart)

LOI SUR énergie / AMENDEMENTS

Vendredi dernier, le parlement a adopté en deuxième lecture les amendements à la Loi sur l’énergie. Parmi les effets escomptés sont la réduction des tarifs de l’électricité, l’encouragement des exportations d’énergie électrique et la mise en place d’un nouveau mécanisme de compensation des dépenses liées à l’énergie dite verte.
Les amendements votés s’inscrivent dans les sept mesures, annoncées le 17 juin dernier par le ministre Stoïnev. Ils prévoient notamment la réduction de la « réserve froide » d’énergie et un plafond tarifaire pour celle-ci, le rachat à un prix préférentiel uniquement du surplus d’énergie produite par les centrales (c’est-à-dire déduction faite de l’énergie utilisée en interne par ces centrales), la mise en place d’un cadre législatif réglementant de nouvelles méthodes de calcul de l’énergie, etc. (Capital Daily)

Word - 156.4 ko

Dernière modification : 01/07/2013

Haut de page